mai 24, 2024

La bataille fruitée : Ceci n’est pas Apple ! La marque veut s’approprier l’exclusivité de l’image de la pomme

Dans une histoire digne d’une comédie fruitière, Apple se lance dans une bataille pour réclamer la propriété intellectuelle du logo de la Fruit-Union Suisse (FUS), une association suisse qui s’emploie à promouvoir l’image des fruits du pays. Selon Wired, la célèbre firme à la pomme souhaite s’approprier le symbole de la petite pomme rouge ornée de la croix suisse blanche.

Apple a oublié que la pomme existe depuis plus de 3 000 ans !

Dans une interview hilarante accordée à Wired, le président de la FUS, Jimmy Mariéthoz, a exprimé son étonnement face à cette demande d’Apple. Selon lui, la société de Cupertino cherche à détenir les droits d’une véritable pomme, un fruit universel que tout le monde devrait pouvoir utiliser gratuitement. Il semblerait qu’Apple ait oublié que la pomme existe depuis plus de 3 000 ans, bien avant l’apparition de ses produits high-tech.

Plus de soixante pays ont donné leur accord sauf…

En consultant les rapports de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI), on découvre qu’Apple aurait déjà tenté de revendiquer la propriété intellectuelle du fruit auprès de plusieurs autorités dans le monde. En 2009, la société a exigé la propriété d’une image de pomme pour une variété d’utilisations, allant de la musique au cinéma, en passant par l’enregistrement gramophone. Même une Granny Smith en noir et blanc, impeccable et sans la moindre trace de morsure, a été incluse dans la demande. Étonnamment, plus de soixante pays ont accordé l’autorisation à Apple, sauf deux : le Samoa et… la Suisse.

L’Institut de la propriété intellectuelle suisse (IPI) n’a accepté l’autorisation que pour certaines utilisations, en invoquant le principe légal selon lequel les images de biens communs, comme de modestes petites pommes, appartiennent au domaine public. Mais Apple n’a pas baissé les bras et a fait appel (et non pas apple) de cette décision.

En territoire ennemi

Dans une note pleine d’humour, Mariéthoz a nommé à Wired sa crainte que toutes les représentations visuelles de pommes, que ce soit dans l’audiovisuel, les nouvelles technologies ou les médias, soient potentiellement impactées par cette bataille juridique. Il a ajouté que cela créerait une très, très grosse restriction pour leur association, car ils pourraient se retrouver en territoire ennemi à chaque fois qu’ils montreraient une simple pomme.

Une histoire à croquer…. une pomme…

Il semble qu’Apple ne soit pas près de s’arrêter dans sa quête pour s’approprier tous les droits sur les différentes formes de pommes. Selon une enquête du Tech Transparency Project de mars 2022, la firme a déposé plus de demandes de propriété intellectuelle que Microsoft, Amazon et Google réunis entre 2019 et 2021. Quelle sera la suite de cette affaire fruitée ? Reste à voir qui aura le dernier mot. Après tout, c’est peut-être une histoire à croquer pour notre pomme.

Publivore